From the Blog

Archives for août 2015

Lutter contre la procrastination : une vidéo d’Hélène Weber

Et la lumière fut Jacques Lusseyran

 

En 1940, la France capitule. En 1941, Jacques Lusseyran, alors qu’il est aveugle et n’a pas 18 ans, entre en résistance en rejoignant le mouvement Défense de la France. Le 20 juillet 1943, il est arrêté par la Gestapo, interrogé pendant des jours interminables et enfermé à Fresnes. Il sera déporté en 1944 à Buchenwald. Comment un aveugle peut-il survivre à cet enfer ?

Grâce à la protection d’un groupe de Russes et à sa connaissance de l’allemand qui lui permettra d’informer les autres déportés des agissements des SS. Après un an et demi d’horreur, il est libéré et revient en France où il poursuivra ses études en affirmant ses aspirations littéraires balayées par la guerre.

Jacques Lusseyran deviendra un brillant conférencier et enseignera la littérature française dans différentes universités américaines.

En 1971, il meurt dans un accident de voiture, il a alors 47 ans. Cette autobiographie est un exceptionnel exemple d’amour de la vie, de courage et de liberté intérieure face à l’adversité.

En analyse : série US de Rodrigo Garcia avec Gabriel Byrne

Un thérapeute compétent, attentionné et apaisant, dont la vie privée est un véritable désastre, pleine de doutes et de colère contenue, consulte à son tour un thérapeute…

Image de prévisualisation YouTube

La voie Toltèque : une véritable chevalerie relationnelle.

Envie de relations plus harmonieuses aux autres et à soi-même ?

Les Accords Toltèques offrent un code de conduite simple et efficace.

La voie Toltèque :  une véritable chevalerie relationnelle.

Avoir une parole impeccable : l’épée du chevalier

L’épée est une arme à double tranchant : elle peut protéger ou trancher des liens qui emprisonnent ; mais elle peut aussi blesser et tuer. Tout dépend de qui la manie et des intentions qui l’animent. La parole est symboliquement l’épée du chevalier relationnel. Elle peut éclairer, encourager, éduquer ; elle peut même guérir, restaurer la confiance en soi, embellir? Revers de la médaille, la parole peut aussi déclencher des guerres, semer la discorde, répandre rumeurs, calomnies et ragots.
Pour devenir un chevalier relationnel, la première étape consiste donc à devenir conscient de votre parole et à la maîtriser. Quelques questions à vous poser pour cela : pourquoi je parle ? Pour faire du bien, pour faire rire, pour instruire, pour informer ? Ou pour des buts moins louables… ? Que vont déclencher mes paroles chez les autres et en moi ? Si c’étaient des graines, quel genre de fleurs, d’arbres? ou de mauvaises herbes produiraient-elles ? Qu’ai-je envie de semer à chaque mot que je prononce ?
Choisissez une personne avec qui vous avez des difficultés relationnelles et décidez d’appliquer ce premier accord toltèque durant une semaine à cette relation-là. Demandez-vous : est-ce que je parle de cette personne dans son dos ? Que dis-je à son sujet ? Est-ce que mes propos sont positifs, constructifs? ou plutôt négatifs et destructeurs ? Qu’est-ce que je me dis à moi-même, quand je dialogue intérieurement avec elle ? Et si ma parole ne servait désormais plus que le meilleur ?

Ne rien prendre personnellement : le bouclier du chevalier

Le deuxième accord toltèque porte sur l’impact des mots (mais aussi des actes) d’autrui sur moi-même. Si, quoi qu’il arrive, je n’en fais pas une affaire personnelle, les paroles des autres ne m’atteignent plus : j’ai un bouclier qui me protège de toute agression. Dans les mots de Miguel Ruiz : « L’immunité au poison, en plein enfer, est le cadeau que vous offre cet accord. Le poison est toujours là : les gens continuent de dire des choses négatives à mon sujet? mais moi j’ai changé, je ne prends plus cela personnellement et je n’en suis plus affecté. »
Un jour, untel me trouve génial. Le lendemain, il me couvre de reproches. Je suis pourtant toujours le même : je sers juste d’écran aux projections de ses propres histoires intérieures, de son propre cinéma. Alors, pourquoi en faire une affaire personnelle ? Pourquoi me justifier ? Pourquoi vouloir prouver que j’ai raison et l’autre tort ?
Imaginez deux minutes comment serait votre vie si, quoi que pense, dise ou fasse autrui, cela ne vous atteignait pas et ne changeait rien à ce que vous sentez à l’intérieur de vous ! Si vous deveniez complètement insensible à l’opinion d’autrui ? Quelle liberté ! Quel espace cela libérerait soudain en vous !
Pour commencer, trouvez une personne dont l’opinion vous affecte particulièrement et appliquez durant une semaine ce deuxième accord toltèque. Posez-vous les questions suivantes : comment je réagis à ce que cette personne dit de moi ? Est-ce que l’opinion qu’elle a de moi m’énerve, me chagrine ou me vexe ? Quels efforts est-ce que je déploie pour qu’elle parle autrement ? En quoi mes réactions à son opinion me montrent-elles des parties de moi-même qui me jugent de la même manière ? Comment puis-je alors faire la paix en moi et ne plus me juger ? Et si je cessais d’accorder de la valeur aux propos de cette personne ? Et si j’étais libre de ce qu’elle pense, dit ou fait ?

Ne pas faire de suppositions : la quête du chevalier

Tout chevalier qui se respecte a une quête. Quelle est-elle, cette quête, dans le cas présent ? C’est la vérité. Dans cette chevalerie relationnelle qu’est la voie toltèque, il n’est pas question de vivre dans l’illusion, dans les mensonges ou les faux-semblants.
Nous avons en français une expression géniale : « prêter une intention à autrui ». Quoi de plus éloquent ? Je vous prête une intention. Une intention à moi. Et laquelle vais-je choisir ? La plus lumineuse, la plus optimiste, celle qui vous donne le meilleur rôle ? Nooooon ! La plus négative, la plus égoïste possible. Et ensuite je réagis aux intentions que je vous ai moi-même prêtées ! Je les prends personnellement ! Bref je fonctionne en circuit fermé. On frise l’autisme psychologique. Pour revenir à la vérité, à la réalité, il faut déchirer le cocon de ses suppositions et croyances non vérifiées.
Pour mettre en pratique ce troisième accord toltèque, choisissez une relation conflictuelle et demandez-vous : quelle intention est-ce que je prête à cette personne ? Comment je me sens quand je lui prête cette intention-là (qui est la mienne) ? Est-ce que je réagis personnellement à l’intention que je lui prête ? Est-ce que je peux demander à cette personne ce qui l’a motivée à agir ainsi, plutôt que de faire des suppositions ? Est-ce que je peux en parler avec elle, en envisageant que je ne sais pas déjà tout de cette situation ? Efforcez-vous durant une semaine de sortir de vos suppositions et de revenir à la réalité, à la vérité de cette relation.

Faire toujours de son mieux : la règle du chevalier

Le dernier des quatre accords toltèques de base est la règle du chevalier, sa devise. Faire de son mieux signifie d’abord évaluer chaque jour quel est ce « mieux ». Aujourd’hui, je suis en pleine forme, j’ai un emploi qui me plaît, une vie de couple heureuse, les enfants vont bien : bref, mon « mieux » est plutôt élevé. Mais peut-être que dans six jours ou six mois je serai malade, j’aurai un coup de blues, je serai au chômage, ma partenaire m’aura quitté, j’aurai vécu un deuil : mon « mieux » sera alors nettement plus bas. Autrement dit, votre mieux est une variable quotidienne qui dépend de votre énergie physique, de votre moral et de votre santé.
Faire de son mieux, c’est éviter et le perfectionnisme qui nous pousse à trop en faire et finit par nous épuiser, et le laxisme qui nous incite à ne pas en faire assez et nous fait prêter le flanc aux remords. C’est être dans le juste. C’est donc être dans le vivant, car la vie varie de jour en jour : elle n’est pas statique, et nous ne sommes pas des machines au rendement journalier constant.
Au quotidien, vous pouvez mettre en pratique cette règle en l’appliquant à chacun des autres accords que vous vous efforcez de mettre en ?uvre : est-ce que je fais de mon mieux pour avoir une parole impeccable ? Est-ce que je fais de mon mieux pour ne pas prendre les choses personnellement ? Est-ce que je fais de mon mieux pour ne pas faire de suppositions ? Est-ce que je fais de mon mieux pour rester sceptique et apprendre à écouter ?

Etre sceptique mais savoir écouter : le heaume ailé du chevalier

Rédigé douze ans après les quatre premiers accords, le cinquième vient renforcer le second et le troisième. Il nous protège des croyances infondées. « Ne me croyez pas, aime dire Miguel Ruiz, ne croyez pas non plus les autres, et surtout ne vous croyez pas vous-même ! » Autrement dit, sortez de la crédulité ! Faites preuve d’une saine dose de scepticisme, y compris vis-à-vis de ce que vous raconte votre mental. « Mais apprenez à écouter », rajoute judicieusement la seconde moitié de cet ultime accord. D’où les ailes qui ornent le heaume au niveau des oreilles. Il ne s’agit pas de se fermer aux autres et à ce qu’ils disent. Les écouter, oui ; les croire sans discernement, non.
Ecouter est en effet essentiel, car même si vous ne croyez pas nécessairement ce que l’autre vous dit, ses propos vous éclaireront sur lui et sur votre relation. Ils vous permettront de mieux comprendre d’où il s’exprime et comment il vous voit. Là encore, appliquez cet accord durant une semaine à une relation spécifique, en vous posant les questions suivantes : qu’est-ce que cette personne (ou mon propre mental) me dit ? Est-ce que je la crois ? Est-ce que c’est vrai ? Suis-je capable d’écouter ce que l’autre (ou mon propre mental) me raconte, sans nécessairement le croire, en gardant une saine dose de scepticisme ? Ou est-ce que je me montre crédule, dans cette situation ? Suis-je enclin à croire tout de suite ce qu’on me raconte, sans prendre de recul, sans analyser les choses, sans faire preuve de discernement ?

Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz
Editions Jouvence (Janvier 2000 ; 128 pages)

Je suis Dieu..et vous aussi! – France Gauthier

La voie Toltèque :  une véritable chevalerie relationnelle.

La prophétie des Andes – Et si les coïncidences révélaient le sens de la vie ? James Redfield

Notre Réalité n’est qu’une Illusion

Dan Millman Le Guerrier pacifique

Enfants Indigos Sylvie Simon

Sylvie Simon décrit avec beaucoup de pertinence les enfants indigos….passionnant!

Sylvie Simon, née à Narbonne le 26 octobre 1927  et morte le 8 novembre 2013, est un écrivain français, également essayiste et journaliste. Elle est connue pour ses travaux ainsi que ses publications en faveur de la médecine non conventionnelle3 et de l’écologie.

Image de prévisualisation YouTube

Sur ce thème vous pouvez consulter les articles suivants :

Béatrice Millêtre Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués

Christel Petitcollin Je pense trop

Les enfants « actuels » ou la grande émergence « cerveau droit » dans un monde de « cerveau gauche »

Mind Map, dessine moi l’intelligence Tony Buzan et Barry

GAPPESM  Groupement Associatif Pour Personnes Encombrées de Surefficience Mentale

Boris Cyrulnik Les Vilains petits canards

La sur-éfficience mentale

Je pense trop Christel Petitcollin

« Comment canaliser ce mental envahissant.Qui pourrait penser qu’être intelligent puisse faire souffrir et rendre malheureux ?

Ils voudraient débrancher leur esprit, mais ils souffrent surtout de se sentir différents, incompris et blessés par le monde d’aujourd’hui. Ils concluent souvent par :  » Je ne suis pas de cette planète ! « 

Ce livre propose des cours de mécanique et de pilotage de ces cerveaux sur-efficients. »

Christel Petitcollin

Sur ce  thème vous pouvez lire également ce livre :

 

Hector et la recherche du bonheur un film de Peter Chelsom

Quand il réalise que ses patients sont heureux, Hector, un psychanalyste londonien entre en crise… Il se met alors à la recherche du bonheur en parcourant le globe.

Il n’est pas encore prévu que le film ait une suite.

Pourtant, l’auteur original, François Lelord, a depuis longtemps sorti de nouvelles aventures de son personnage Hector.

En 2005, il sort « Hector et les secrets de l’amour » suivant ce dernier tentant de percer un nouveau mystère de l’humanité. Puis, en 2006 paraît un troisième tome, « Le nouveau voyage d’Hector à la poursuite du temps qui passe. »

Nanni Moretti Habemus Papam

Image de prévisualisation YouTubeHabemus Papam

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire son successeur. Plusieurs votes sont nécessaires avant que ne s’élève la fumée blanche.

Enfin, un cardinal est élu !

Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Ce dernier ne semble pas prêt à supporter le poids d’une telle responsabilité.

Angoisse ? Dépression ? Peur de ne pas se sentir à la hauteur ? Le monde entier est bientôt en proie à l’inquiétude tandis qu’au Vatican, on cherche des solutions pour surmonter la crise…

Que sait-on vraiment de la réalité

Amanda se voit plongée dans un tourbillon d’accidents quotidiens. Les personnages qu’elle rencontre lui dévoilent une nouvelle perception de ce que l’on appelle la « réalité »…
Dans ce docu-fiction, un scénario mettant en scène une photographe, Marlee Matlin, est entrecoupé d’interviews de scientifiques et de séquences d’animation pour illustrer le lien étroit entre les lois de la physique et la vie de tous les jours. Expliquant très clairement quelques découvertes scientifiques, ce film démontre avec humour que la physique quantique a de plus en plus tendance à se tourner vers la psychologie et la spiritualité pour se parfaire.
Que sait-on vraiment de la réalité !? nous entraîne ainsi dans l’univers des possibles…

David Laroche Le bonheur, c’est…

…. de voir des étincelles dans les yeux des gens quand ils découvrent qui ils sont…

Le bonheur c’est créer, aimer, partager, découvrir…

Le bonheur c’est quand vos actes sont en accord avec vos paroles…

Le bonheur c’est  se sentir aimé par ceux qu’on aime…

Image de prévisualisation YouTube

Etre Heureux

Hector et la recherche du bonheur un film de      Peter Chelsom

Happylab : le laboratoire du bonheur

Le principe shambhala, la voie du bonheur -le livre de Sakyong Mipham Rinpoché.

Le sens du bonheur Krishnamurti

Le jour ou je me suis aimé de Charlie Chaplin ou comment être heureux

Conversation avec Alice Herz Sommer : une survivante de l’holocauste

Rêvolition : Soyez heureux et cela changera le monde!

Thomas d’Ansembourg Être heureux ce n’est pas nécessairement confortable

Guy Corneau : Le grand livre du bonheur

Don Miguel Ruiz  Les 4 Accords Toltèques (Audio)

Livre de la jungle  Il en faut peu pour être heureux

Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouve pas très doués, le livre Beatrice Millêtre et autres liens

 

Béatrice Millêtre Petit guide à l’usage des gens intelligents qui ne se trouvent pas très doués

Christel Petitcollin Je pense trop

Les enfants « actuels » ou la grande émergence « cerveau droit » dans un monde de « cerveau gauche »

Mind Map, dessine moi l’intelligence Tony Buzan et Barry

GAPPESM  Groupement Associatif Pour Personnes Encombrées de Surefficience Mentale

Boris Cyrulnik Les Vilains petits canards

http://www.mieux-apprendre.com/les-outils-associes/joomla-overview/les-livres

http://www.apprendreaapprendre.com

http://www.pedagogeeks.fr