From the Blog

Archives for juin 2013

Amy Winehouse – All my lovin

Image de prévisualisation YouTube

Thomas d’Ansembourg Être heureux ce n’est pas nécessairement confortable

Trouver le bonheur et non ce que l’on croit être le bonheur.

Beaucoup d’entre nous croient que, pour être heureux, il faut se sentir bien tout le temps et mener la vie de ses rêves.

Cette erreur nous empêche de goûter pleinement les moments de joie. Et nous pouvons rester captifs longtemps de cette illusion…

Des pièges anti-bonheur, Thomas d’Ansembourg en a cerné plusieurs, tant dans sa propre vie que dans celle des gens qu’il rencontre lors de ses conférences. Au fil des ans, il a analysé leurs mécanismes et leurs manifestations quotidiennes dans nos habitudes et nos façons de penser.

À l’aide d’exemples concrets, il nous invite à en prendre conscience et nous propose des moyens pour nous en libérer.

Une démarche essentielle pour vaincre nos difficultés et nos souffrances, et ressentir un bien-être intérieur de plus en plus fort.

Thomas d’Ansembourg Cessez d’être gentil, soyez vrai

Thomas d’Ansembourg Comment aligner notre vie sur notre élan vie?  Conférence 2013

OMNIA – Saltatio Vita

Image de prévisualisation YouTube

Lynda Lemay – Le plus fort, c’est mon père

Image de prévisualisation YouTube

Le couperet Costa-Gavras

Bruno Davert est un cadre très supérieur dans une usine de papier. S’étant fait licencier avec quelques centaines de ses collègues pour cause de délocalisation, il est prêt à tout pour retrouver un poste à son niveau, même à tuer ses concurrents.Image de prévisualisation YouTube

Little Miss Sunshine Jonathan Dayton

L’histoire des Hoover. Le père, Richard, tente désespérément de vendre son « Parcours vers le succès en 9 étapes ». La mère, Sheryl, tente de dissimuler les travers de son frère, spécialiste suicidaire de Proust fraîchement sorti de l’hôpital après avoir été congédié par son amant.
Les enfants Hoover ne sont pas non plus dépourvus de rêves improbables : la fille de 7 ans, Olive, se rêve en reine de beauté, tandis que son frère Dwayne a fait voeu de silence jusqu’à son entrée à l’Air Force Academy.
Quand Olive décroche une invitation à concourir pour le titre très sélectif de Little Miss Sunshine en Californie, toute la famille décide de faire corps derrière elle. Les voilà donc entassés dans leur break Volkswagen rouillé : ils mettent le cap vers l’Ouest et entament un voyage tragi-comique de trois jours qui les mettra aux prises avec des événements inattendus…

Image de prévisualisation YouTube

Paul Watzlawick Faites vous même votre malheur

Image de prévisualisation YouTube

Une Mind mapp pour décider, faire de meilleurs choix.

Décider, c’est choisir, choisir c’est renoncer…
d’accord, mais comment faire concrètement ?

Pour voir la vidéo rendez-vous sur le blog : efficartes.fr

 

« Qu’est-ce que la Haine » – Audio – Alice Miller

Image de prévisualisation YouTube
Introduction: « On associe habituellement le mot haine à l’idée d’une dangereuse malédiction qu’il faudrait éloigner aussi vite que possible. On entend aussi souvent dire que la haine serait pour l’individu un poison qui rendrait quasiment impossible la guérison des blessures reçues dans l’enfance. Comme je me démarque nettement de cette opinion courante, il m’arrive souvent d’être mal comprise. De ce fait, mes efforts pour faire la lumière sur ce phénomène et pour approfondir cette notion n’ont pas eu beaucoup de succès jusqu’alors.
Voilà donc pourquoi je recommande la lecture préalable du chapitre de mon livre  » Chemins de vie  » intitulé  » Comment naît la haine ?  » à qui souhaiterait me suivre dans ce développement-ci. Il faut quand même dire, que dans ce chapitre, écrit en 1996, il y a une réflexion dans laquelle je vois aujourd’hui la tendance universelle de protéger les parents à tout prix dont je me suis libérée entre-temps (cf. « Notre corps ne ment jamais », Flammarion, Paris).

Je pense moi aussi que la haine peut empoisonner un organisme, mais seulement tant qu’elle reste inconsciente et dirigée contre des substituts, c’est-à-dire des boucs émissaires. Alors, elle ne peut pas se dissoudre et disparaître. Supposons que je haïsse les travailleurs immigrés, mais que je sois dans l’incapacité de voir comment mes parents m’ont traitée lorsque j’étais enfant, comment par exemple ils laissaient le nourrisson que j’étais hurler pendant des heures, ou ne me regardaient jamais avec amour, alors je souffre d’une haine latente qui peut m’accompagner ma vie durant et déclencher dans mon corps divers types de symptômes. Mais si je sais le mal que mes parents m’ont fait du fait de leur aveuglement et que j’ai pu ressentir consciemment ma révolte contre leur comportement, je n’ai pas besoin de reporter ma haine sur des personnes qui n’y sont pour rien. Avec le temps, la haine que j’éprouve à l’égard de mes parents pourra s’atténuer et même disparaître pendant des périodes plus ou moins longues, mais des événements de la vie présente ou la remontée de souvenirs sous un angle neuf pourront aussi la ranimer brusquement. Mais maintenant, je sais de quoi il retourne. Maintenant, je me connais suffisamment bien, grâce justement aux sentiments que j’ai revécus, ET LA HAINE NE ME POUSSERA PAS A TUER QUI QUE CE SOIT, NI A PORTER PREJUDICE A QUICONQUE.

Nous rencontrons souvent des gens qui vont jusqu’à remercier leurs parents pour les coups reçus, ou qui prétendent avoir oublié depuis longtemps la violence sexuelle dont ils ont été victimes et leur ont pardonné tous ces  » péchés  » dans leurs prières, mais qui sont incapables d’élever les enfants autrement que de façon violente, ou/et de ne pas les violenter sexuellement. Les pédophiles affichent leur amour des enfants et ne savent pas qu’au fond ils se vengent de ce qui leur est arrivé quand ils étaient eux-mêmes enfants. Même s’ils ne ressentent pas consciemment cette haine, ils sont soumis à son diktat.
Cette haine LATENTE est véritablement dangereuse et difficile à faire disparaître parce qu’elle n’est pas tournée contre la personne qui l’a provoquée, mais contre des substituts. Elle peut se maintenir toute la vie, cristallisée sous diverses formes de perversion, et constitue une menace pour l’entourage, mais dans certains cas aussi pour la personne elle-même. […] »

Alice Miller Comment créons-nous la cécité émotionnelle

Alice Miller L’enfant sous terreur

Festen :Thomas Vinterberg

FestenTout le monde a été invité pour les soixante ans du chef de famille. La famille, les amis se retrouvent dans le manoir d’Helge Klingenfelt. Christian, le fils aîné de Helge, est chargé par son père de dire quelques mots au cours du dîner, sur sa soeur jumelle, Linda, morte un an plus tôt. Tandis qu’au sous-sol tout se prépare avec pour chef d’orchestre Kim, le chef cuisinier, ami d’enfance de Christian, le maître de cérémonie convie les invités à passer à table. Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et révéler de terribles secrets.

Alain Corneau Stupeur et tremblements

« Cette nuit là, une chose fabuleuse m’arriva : mon esprit passa soudain de l’autre côté … »

Image de prévisualisation YouTube

D’après le roman d’Amélie Notthomb Stuppeur et tremblements

 

 

Amélie Nothomb Stupeur et tremblements

Stupeur et tremblements

« Monsieur Haneda était le supérieur de monsieur Omochi, qui était le supérieur de monsieur Saito, qui était le supérieur de mademoiselle Mori, qui était ma supérieure. Et moi, je n’étais la supérieure de personne.
On pourrait dire les choses autrement. J’étais aux ordres de mademoiselle Mori, qui était aux ordres de monsieur Saito, et ainsi de suite, avec cette précision que les ordres pouvaient, en aval, sauter les échelons hiérarchiques.
Donc, dans la compagnie Yumimoto, j’étais aux ordres de tout le monde.  » Amélie Nottomb

IW d’Amélie Nothomb sur son dernier roman :

La nostalgie heureuse

Philippe Guillemant LA CONSCIENCE VUE PAR UN PHYSICIEN

Image de prévisualisation YouTube

Une conférence dans le cadre du colloque à  l’Institut de France  du 5 décembre 2012 sur la naissance, l’émergence et les manifestations de la conscience, organisée par des membres de l’Académie des Sciences et de l’Académie des Sciences Morales et Politiques (Association Être Humain).

Vous pouvez lire aussi sur ce thème

 Gregg Braden La divine matrice

Philippe Guillemant LA CONSCIENCE VUE PAR UN PHYSICIEN

Philippe Guillement La route du temps

Le livre Le chat de Schrödinger

Et regarder :

Gregg Braden La science des miracles partie 1

Gregg  Braden La science des miracles partie 2

Gregg  Braden  La  puissance des sentiments

Phiippe Forest Le chat de Schrodinger

Lynn Mc TaggarLes implications de la physique quantique pour notre vie quotidienne

La physique quantique, perspectives fabuleuses JJ Crèvecoeur

Physique Quantique « Ce que l’on perçoit »2

Physique Quantique « Ce que l’on perçoit »1

Que sait-on vraiment de la réalité!? What the bleed do we know!?

 

Pourquoi se tourner vers des médecines alternatives ?

Un article de l’INREES

De plus en plus, dans nos sociétés, la quête de la santé devient aussi une quête de sens. Cherchant à comprendre les épreuves qu’ils traversent, les patients se tournent vers des thérapies alternatives. Entretien avec Jean-Dominique Michel, spécialiste en anthropologie médicale.

Peut-on dire que de plus en plus de gens, en plus de la médecine conventionnelle, s’adressent à des praticiens de médecine alternative ?
Dans l’univers occidental, 60 à 80 % des gens s’adressent à d’autres recours de soins que la médecine scientifique pour leurs besoins de santé. Nous n’avions que peu de statistiques dans le passé, il est donc difficile de dire s’il s’agit réellement d’une émergence. Cela dit, l’offre de soins s’étant beaucoup étendue au cours des quinze dernières années, on peut penser qu’il y a une augmentation de la consommation.

Quelles sont les techniques vers lesquelles les patients vont en priorité ?
Nous disposons de statistiques par rapport au recours à certaines pratiques de soin : par exemple, 53 % des français consomment de l’homéopathie. Nous avons aussi des données sur la croyance que les gens investissent : 70 à 75 % des gens pensent que l’acupuncture peut avoir un effet bénéfique sur leur santé. En ce qui concerne la médiumnité, on est à 35 % d’adhésion dans la population. C’est évidemment sur la base de la croyance en l’utilité d’une pratique de soin que les gens choisissent de s’y adresser.

Quand on parle d’homéopathie, d’acupuncture, les gens restent dans un cadre de soin officiel. Mais lorsqu’ils vont vers les guérisseurs, ne s’aventurent-ils pas sur des chemins moins balisés ?
C’est une question de familiarité. L’homéopathie et l’acupuncture sont dans le paysage depuis plusieurs décennies. Cela dit, l’acupuncture repose sur une anatomie fantastique, c’est-à-dire une représentation du corps humain en lien avec un schéma énergétique qui n’est pas du tout appréhendable par la démarche biomédicale. Et il s’agit d’une discipline qui a une efficacité réelle. Mais les guérisseurs sont aussi efficaces. Si ces sortes de soins sont moins privilégiées actuellement, c’est essentiellement à cause des représentations qu’on se fait quant à la crédibilité et à la respectabilité de ces démarches.

Qu’est-ce qui explique à votre avis cette tendance en Occident à consulter de plus en plus non seulement des acupuncteurs et des homéopathes mais aussi des chamanes et des guérisseurs ?
Deux perspectives me paraissent éclairantes à cet égard : la première, c’est que ces pratiques répondent de manière très nourrissante au besoin de construction existentielle dans lequel sont les gens face à leurs difficultés de santé, qui est une dimension pour l’essentiel désertée par la médecine. D’autre part, elles s’adressent à cette part d’imaginaire, de symbolique, de subjectivité qui est très effacée dans notre culture.

Quand vous parlez d’efficacité symbolique d’une pratique, que voulez-vous dire ?
Toute pratique rituelle qui mobilise un sens au travers d’une intention a un certain impact positif. C’est vrai d’un chamane qui met en place un rituel de guérison, d’un homéopathe qui va chercher dans la matière médicale homéopathique un remède congruent avec les symptômes d’une personne, ou d’un médecin qui va puiser dans la recherche scientifique les derniers traitements médicaux. La médecine se réapproprie ce mécanisme à travers tout le questionnement sur l’effet placebo. Mais pour les anthropologues, l’explication est un peu courte. Aujourd’hui on réfléchit beaucoup plus à l’effet de sens : comment les attentes subjectives des deux acteurs de la relation de soin et la médiation du remède proposé vont-elles générer une amélioration ?

Comment les médecins réagissent-ils à cette évolution ?
Relativement bien, d’après mes observations. A une époque, il y a eu un vertige du médecin tout-puissant. Mais on en est revenu. Je crois qu’aujourd’hui on est à un moment intéressant où les médecins, tout en ayant qualifié et validé leurs connaissances, reconnaissent aussi les limites de ce qu’ils peuvent apporter. Ils sont dans une tolérance éclairée, tout en mettant bien sûr des garde-fous par rapport à des recours qui peuvent être abusifs ou dangereux. La plupart des médecins que je connais encouragent les patients qui en ont besoin à s’adresser à d’autres pratiques, même si chacun a sa grille de lecture.

Quel regard portez-vous sur la multiplication des thérapeutes en tout genre ?
Je crois qu’il y a beaucoup de bonnes choses dans ce mouvement, d’autres qui sont plus critiquables, mais cela fait partie de l’évolution naturelle des sociétés. Cela pose toute la question de la certification, de la surveillance. Actuellement le code pénal tel qu’il existe propose une ligne de démarcation assez saine entre les abus réels qui se doivent d’être sanctionnés avec toute la rigueur requise, et ce qui va relever d’une maladresse ou d’un manque de construction chez certains thérapeutes mais qui à mon sens ne gagnerait pas à être judiciarisé. Je plaide pour une compréhension collective de ce qui est en jeu dans la santé individuelle et à un niveau communautaire, afin qu’on ait une représentation plus construite, plus ajustée, plus efficiente par rapport à cet univers de la guérison. Il y a une espèce de clivage idéologique entre d’un côté la biomédecine et de l’autre tout ce qui relève de « l’irrationnel » et qui n’est pas en fait irrationnel !

En résumé, il faut sortir du cliché qui veut que le médecin vous soigne et que les autres vous dupent ?
C’est vrai que dans la mentalité collective, on reste encore très clivé entre ce qui relèverait du connaissable, du certain et du sérieux, et ce qui relèverait de l’irrationnel et du subjectif, alors que dans les faits, on observe un tissage entre ces deux dimensions. La démarche objective génère une efficacité dont on profite tous. Mais le savoir symbolique génère aussi beaucoup d’efficacité, il est agissant en politique, en médecine, dans la consommation et l’économie. Ce serait important de pouvoir se réapproprier une vision des choses qui respecte cet entrelacs entre le subjectif et l’objectif.

Une approche indifférenciée basée sur la méfiance n’oblige-t-elle pas les gens à aller complètement seuls au-delà de ce que la médecine peut proposer ?
Absolument. Pour cette raison, il est important qu’on construise un discours intelligent, sensible et raisonnable autour de ces réalités précisément pour qu’il soit possible de discuter les choses, de les élaborer ensemble. La caricature, qu’on observe parfois dans les trajectoires de santé, c’est le patient qui n’ose pas dire à son médecin qu’il a été voir un guérisseur parce qu’il a peur de le fâcher. C’est une situation qui reflète à quel point la désertion du discours et de l’intelligence dans ces domaines est nocive. Ce sont les patients qui en paient le prix en dernière analyse.
inrees.com

Adyashanti Conscience pure et méditation véritable, le livre

Conscience pure…

 

Qu’arriverait-il si vous laissiez tout être exactement tel qu’il est ?

Si vous décidiez de profiter de chaque instant de votre vie et d’abandonner votre besoin de contrôle ?

Adyashanti a découvert que lorsque vous laissez tomber toutes les techniques, le concept même de vous en tant que méditant vous ouvre la voie vers l’art de la méditation véritable.

 

 

 

 

 

 

Apprendre à méditer Sakyong Mipham Rimpoche

Rencontre avec Sakyong Mipham Rinpoché. Sagesses 2/2

Chogyam Trungpa Shambhala La voie sacrée du guerrier.

Lieu pour mediter Dechen Choling Shambhala

Fabrice Midal Risquer la liberté

Alexandro Jodorowsky. Comment faire de l’inconscient son ami ?

Image de prévisualisation YouTube

File:Alejandro Jodorowsky.jpgInventeur du concept de psychomagie, Alexandro Jodorowsky parle des outils pour révéler la finalité de l’homme.

Selon lui,

« un individu doit être ce qu’il est, et non ce que les autres veulent qu’il soit ! »

Alexandro Jodorowsky a réalisé une dizaine de films, publié une trentaine de livres et une centaine de bandes dessinées, mais il est avant tout thérapeute dans l’âme.

 

 

Sur ce thème vous pouvez également regarder ces vidéos :

Le cerveau et ses automatismes : le pouvoir de l’inconscient 1/2

Le cerveau et ses automatismes : le pouvoir de l’inconscient   2/2

Le mentalisme

Le Télépathie, sixième sens, hypnose, révélation sur les super pouvoirs de notre cerveau

Voyage au-delà de mon cerveau Bolte Taylor Jill

Boris Cyrulnik Les Vilains Petits Canards

 

Où puisent-ils leurs ressources ? Par quel mystère parviennent-ils à métamorphoser leur meurtrissure en force ? Comment réapprennent-ils à vivre après une épreuve ?

On constate qu’un certain nombre d’enfants traumatisés résistent aux épreuves, et parfois même les utilisent pour devenir encore plus humains.

Maria Callas, Barbara, Georges Brassens… Ces cas de résilience sont célèbres. Boris Cyrulnik décrit ici ce que pourrait être chacun d’entre nous.

Cette nouvelle attitude face aux épreuves de l’existence nous invite à considérer le traumatisme comme un défi.

« Un livre optimiste qui prouve que, pourvu que des mécanismes de défense se mettent en place et que des mains se tendent, aucune blessure n’est irréversible. » Elle.

 

La sur-efficience mentale

 

Hubert Selby Jr. Le Saule

Le Saule, récit d’une amitié paternelle, est un parcours initiatique de la haine au pardon qui s’intéresse beaucoup plus aux hésitations et aux découvertes de Bobby qu’au résultat de son cheminement spirituel.

-Sana Tang-Léopold Wauters

L’argent n’achète pas tout

Un jour, le père d’une très riche famille amène son fils à la campagne pour lui montrer comment les gens pauvres vivent.

Ils y passent quelques jours sur la ferme d’une famille qui n’a pas beaucoup à leur offrir.
Au retour, le père demande à son fils : « As-tu aimé ton séjour ?

– C’était fantastique papa !
– As-tu vu comment les gens pauvres vivent ? demande encore le père.
– Ah oui ! répond le fils.
– Alors, qu’a-tu appris ? »

Le fils lui répond :
« J’ai vu que nous n’avions qu’un chien alors qu’ils en ont quatre.
Nous avons une piscine qui fait la moitié du jardin et ils ont une grande crique.
Nous avons des lanternes dans notre jardin et eux ont des étoiles partout dans le ciel.
Nous avons une immense galerie à l’avant et eux ont l’horizon.
Nous avons un domaine mais eux ont des champs à perte de vue.
Nous avons des serviteurs alors qu’eux servent les autres.
Nous achetons nos denrées et eux les cultivent.
Nous avons des murs autour de la propriété pour nous protéger. Eux ont des amis qui les protègent. »
Le père en resta muet.
Le fils rajouta, « Merci Papa de m’avoir montré tout ce que nous n’avons pas ».

L’argent peut acheter le plaisir… mais pas l’amour;
On peut acheter un spectacle……. mais pas la joie;
On peut acheter un esclave……… mais pas un ami;
On peut acheter une femme ………. mais pas une épouse;
On peut acheter une maison……… mais pas un foyer;
On peut acheter des aliments……. mais pas l’appétit;
On peut acheter des médicaments…. mais pas la santé;
On peut acheter des diplômes……. mais pas la culture;
On peut acheter des gardes du corps mais pas la sécurité;
On peut acheter des livres……… mais pas l’intelligence;

La métaphysique des tubes Amélie Nothomb

« Le regard est un choix. Celui qui regarde décide de se fixer sur telle chose et donc forcément d’exclure de son attention le reste de son champ de vision. C’est en quoi le regard, qui est l’essence de la vie, est d’abord un refus.  »

« A quoi bon se tuer à naître si ce n’est pour connaître le plaisir ?  »

« Si tu parviens à écrire les merveilles de ton paradis dans la matière de ton cerveau, tu transporteras dans ta tête sinon leur réalité miraculeuse, au moins leur puissance.  »

« A quoi bon se rappeler ce qui n’est pas lié au plaisir ? Le souvenir est l’un des alliés les plus indispensables de la volupté.  »

de Amélie Nothomb
Extrait de la Métaphysique des tubes

L’Ame du monde Frédéric Lenoir

Pressentant l’imminence d’un cataclysme planétaire, sept sages venus des quatre coins du monde se réunissent à Toulanka, monastère perdu des montagnes tibétaines, pour transmettre à Tenzin et Natina, deux jeunes adolescents, les clés de la sagesse universelle.
Leur message répond aux questions essentielles :

Quel est le sens de mon existence ? Comment réussir ma vie et être heureux ? Comment harmoniser les exigences de mon corps et celles de mon esprit ? Comment apprendre à me connaître et à réaliser mon potentiel créatif ? Comment passer de la peur à l amour et contribuer à la transformation du monde ?

Loin des croyances dogmatiques, ils ouvrent le chemin simple et concret d’un humanisme spirituel qui aide à vivre.

Pour voir une vidéo de Frédéric Lenoir qui nous présente L’âme du monde.

N’oublions pas l’altruisme Thierry Janssen

« A l’instar de l’agressivité, de la compétition et de la domination, l’empathie, la sociabilité et la coopération ont été sélectionnées au cours de l’évolution afin de favoriser, elles aussi, l’adaptation et la survie des espèces. »

Selon le médecin Thierry Janssen, l’altruisme participe  à la survie de notre espèce.                                                                               

Sept milliards d’êtres humains sur une petite planète dont les ressources.naturelles s’épuisent à grande vitesse, confrontés à un réchauffement climatique qui risque de modifier les priorités.
On le pressent, l’un des enjeux majeurs du XXI ème siècle est celui de la cohabitation pacifique entre les peuples et, au sein des peuples, entre les citoyens.
Il n’y a donc pas de sujet plus urgent à débattre que celui de l’altruisme.

Cependant, ne nous leurrons pas, un tel débat est périlleux car, pour beaucoup de gens, l’altruisme n’existe pas.
Il ne serait qu’un égoïsme habillé de bons sentiments, une idéologie hypocrite permettant d’échapper à la honte et à la culpabilité provoquée par l’égoïsme, une tentative narcissique d’éviter une éventuelle punition ou d’obtenir une gratification.
Ainsi, quand bien même nous serions considérés comme un martyr ou un héros, notre prétendu altruisme serait toujours à notre avantage.
Que faut-il penser alors de ces études où des singes préfèrent se priver de nourriture plutôt que d’infliger une souffrance à leurs congénères ?
Existe-t-il chez certains animaux la potentialité d’une générosité gratuite envers autrui dans le seul souci de son bien-être ?
Différents tests réalisés en laboratoire sur des êtres humains tendent à le prouver.On estime d’ailleurs que 15 % des gens sont véritablement altruistes, en particulier envers les personnes qui partagent une grande part de leur patrimoine génétique
.
Ainsi, il paraît plus facile de donner un rein à notre enfant ? avec lequel nous partageons 50 % de nos gènes ? qu’à un lointain cousin ? qui n’en possède que 12,5 %. 7
Quant à nous sacrifier pour un étranger, c’est beaucoup plus compliqué.
L’altruisme serait donc une nécessité biologique.
Certains gènes codant pour des hormones influençant nos affects semblent impliqués dans ce comportement.
Même si, en apparence, l’entraide et la coopération paraissent aller à l’encontre du principe de compétition qui permettrait aux plus aptes de s’imposer.

En fait, des observations effectuées chez des nourrissons montrent que l’altruisme se manifeste dès le plus jeune âge, à condition toutefois que l’enfant ne soit pas confronté à des tricheurs qui se seraient volontairement mis en difficulté.

Détecter les faux altruistes ou les vrais égoïstes est très important si l’on veut survivre à leurs ambitions hégémoniques et transmettre les gènes qui font de nous des altruistes authentiques.
La vie ne se perpétue pas seulement à travers le combat. 

« A l’instar de l’agressivité, de la compétition et de la domination, l’empathie, la sociabilité et la coopération ont été sélectionnées au cours de l’évolution afin de favoriser, elles aussi, l’adaptation et la survie des espèces »

a écrit Charles Darwin en réponse à l’idée du struggle for life défendue par le philosophe Herbert Spencer pour justifier les inégalités sociales et la lutte des classes de l’époque victorienne.

Puissions-nous nous en souvenir. En particulier en ces temps troublés où la peur de manquer pourrait nous le faire oublier.

Le journal intime d’un arbre Didier Van Cauwelaert

« On m’appelle Tristan, j’ai trois cents ans et j’ai connu toute la gamme des émotions humaines.

Je suis tombé au lever du jour.

Une nouvelle vie commence pour moi – mais sous quelle forme ?

Ma conscience et ma mémoire habiteront-elles chacune de mes bûches, ou la statuette qu’une jeune fille a sculptée dans mon bois ? Ballotté entre les secrets de mon passé et les rebondissements du présent, lié malgré moi au devenir des deux amants dont je fus la passion commune, j’essaie de comprendre pourquoi je survis.

Ai-je une utilité, une mission, un moyen d’agir sur le destin de ceux qui m’ont aimé » ?

il est temps de vivvre la vie que tu t’es imaginée Henry James

vivre ta vie

S’aimer soi-même

s'aimer

Paix interieure

paix intérieur

L’année 2012 Un nouveau monde Gregg Braden

 

« L’ABC d’Albert Jacquard » épisode – « Dieu »

Cet abécédaire est la rencontre de deux générations. Une lettre, un mot, trois minutes en compagnie d’Albert Jacquard pour débattre d’une thématique choisie par des lycéens et étudiants.
Une approche toujours curieuse et profondément humaniste de questions sociales, culturelles, scientifiques ou philosophiques.

Image de prévisualisation YouTube

Albert Jacquard : citation

« Manifester son bonheur est un devoir ; être ouvertement heureux donne aux autres la preuve que le bonheur est possible.  »

Albert Jacquard

Réflexion sur le comportement humain

 

Le pouvoir de la pensée Masaru Emoto Eau Conscience et intention

Les découvertes du Docteur Emoto révolutionnent notre vision de l’univers. Utilisant les prises de vue à vitesse ultrarapide, le Dr Masaru Emoto s’est aperçu que les cristaux d’eau formés par le gel révèlent la transformation subie par l’eau lorsque des pensées spécifiques et convergentes sont dirigées vers elle.

Il a découvert que l’eau de source et l’eau exposée à la vibration de mots bienveillants laissent apparaître des formes brillantes, complexes et colorées, rappelant les motifs des flocons de neige. Inversement, l’eau polluée et celle qui a été exposée à des pensées négatives produisent des motifs incomplets, asymétriques, aux couleurs ternes.

Les implications de cette recherche entraînent une nouvelle conscience de l’impact positif que nous pouvons avoir sur la Terre ainsi que sur notre santé.

« Les Messages cachés de l’eau est un livre sublime.

Image de prévisualisation YouTube

 

Esther JUNGREIS Un Amour Engagé

Découvrir qui vous êtes véritablement – Eckart Tolle

Image de prévisualisation YouTube

A lire également Eckart Tolle Le pouvoir du moment présent.

Fauve Saint Anne

Image de prévisualisation YouTube

Jung et l’occulte : de la transe à l’hypnose ; L’autre de l’Autre.

France Culture – Eloge du Savoir.

Colloque de Bruxelles proposé par Michel Cazenave (2002).

Image de prévisualisation YouTube

 

Julien Clerc Ce n’est rien.

Ce n’est rien le temps passe … ce n’est rien… et soudain il y a mille sirènes de joie sur ton chemin…

Image de prévisualisation YouTube

Ca c’est vraiment TOI

Image de prévisualisation YouTube

Susan Boyle- I dreamed a dream

Image de prévisualisation YouTube

Susan Boyle performs for the Pope

Image de prévisualisation YouTube

Schubert, Trio op. 100 – Andante con moto

Image de prévisualisation YouTube

ABBA – I Have A Dream

Image de prévisualisation YouTube

Philippe Forest IW- Le chat de Schrödinger

 

Image de prévisualisation YouTube
Sur ce thème vous pouvez regarder

Emotions: solitude et états d’âme

Gare à la solitude qui peut amplifier la production des états d’âme négatifs… Le psychiatre Christophe André nous explique pourquoi elle est un vecteur de déprime et de divagation. Nous avons tous besoin des autres ! Interview d’A. Bouché-PillonImage de prévisualisation YouTube

Vivre ensemble Sur les épaules de Darwin

Image de prévisualisation YouTube